Bienvenue !

Ma vie romanesque

vendredi 11 juillet 2014

Fêtes médiévales de Pradelles

Il est très très tard pour vous prévenir, chers lecteurs (mes excuses), mais je serai demain aux fêtes médiévales de Pradelles, pour une séance de dédicaces. Les fêtes durent toute la journée mais j'y serai tout spécialement de 16H à 18H. J'espère vous y voir nombreux !

vendredi 30 mai 2014

Et maintenant ?

Besançon, c'est fini, et dire que c'était la ville...
La ville de quoi, d'ailleurs ? Pour moi, c'était les polars, la cancoillotte et la pétanque. L'amitié aussi...
J'imagine que chacun se forge sa propre vision, au fil de sa route.

Je voulais vous signaler un article intéressant sur les héros récurrents dans le polar... C'est sur le site de Zonelivre et vous pouvez le trouver Ici.

A bientôt !

jeudi 15 mai 2014

A Besançon

Chers amis lecteurs,
Si vous passez par Besançon, n'oubliez pas de venir me dire bonjour ce week-end ! les festivités vont commencer par une rencontre à la bibliothèque vendredi 16 à 18H30, et se poursuivent tout le samedi au Kursaal. Dimanche, il y a la traditionnelle pétanque des auteurs et organisateurs.
Je dois reprendre un train dimanche en début d'après-midi, alors ne  venez pas trop tard (mais mes excellents amis auteurs de polars sauront vous accueillir dignement, je ne m'en fais pas).
A bientôt donc !

samedi 10 mai 2014

De l'importance de l'ambiance

Ces derniers temps, mon bureau, pourtant calibré juste comme il faut (un ordinateur, quelques cahiers et carnets, deux dictionnaires et plusieurs livres d'images médiévales), me servait davantage à rédiger des compte-rendus, envoyer des convocations ou prendre connaissance du Code Général des Collectivités Territoriales sur l'excellent site Legifrance.
Or voilà. Difficile de faire deux choses à la fois. Et passer de la gestion d'une commune à l'écriture d'un roman ne se fait pas si simplement.
J'ai donc décidé de migrer temporairement. La table de la cuisine fera l'affaire. Un feu de bois (allumé ce soir dans le poêle pour réchauffer le mètre de mur en matériaux divers essentiellement pierreux qui garde si bien la chaleur l'automne mais tarde tant à se mettre en température au printemps), quelques pages, un crayon.
Je vous dirai demain si la potion a fonctionné. Qui sait, le placebo marche peut-être aussi pour l'ambiance d'écriture ?

jeudi 10 avril 2014

Conciliation

Rien ici depuis le 20 février ? Bigre, je vous dois peut-être quelques explications.
Non, je ne suis ni malade ni passée de l'autre côté. Encore que...
Mon absence tient plutôt aux difficultés de la conciliation. La très fameuse conciliation travail famille, qui remplit des pages de blogs et de magasines ? Vous y êtes presque. Sauf que la famille est ici agrandie à la taille d'un village. J'ai été élue. Et alors ? Je l'étais déjà, et ça ne m'empêchait pas d'écrire. Sauf que cette fois, je suis maire. Bayle, quoi.
L'écriture me demande une concentration énorme. La mairie réclame une multitude de tâches éparpillées sur toute la semaine. Comment vais-je faire pour concilier les deux ? Je ne  le sais pas encore. Mais je vais essayer...

jeudi 20 février 2014

Comment naissent les personnages

J'aimerais parfois être un peintre, ou tout au moins savoir dessiner (Je suis une catastrophe un crayon à la main, j'ai arrêté d'essayer le jour où je me suis rendu compte que je ratais même les coeurs percés d'une flèche...) Mais j'aimerais quand même. Comment font les peintres, ou les auteurs de BD, pour brosser un personnage? Comment font les compositeurs pour trousser un thème ? Au départ, j'imagine qu'il n'y a que quelques traits, ou notes.
Moi je commence toujours par quelques stéréotypes. les choses visibles : sexe, allure générale, occupation dans la vie. Et puis je lance mon personnage dans l'histoire. Petit à petit, au fil des pages, il acquiert une densité... et parfois non. Il faut le retravailler, alors, lui injecter cette personnalité qui se dérobe, le saupoudrer d'un peu de fantaisie. Le laisser surprendre. Un personnage n'est jamais aussi complexe que les vraies personnes. Un personnage peut avoir deux, trois faces. Mais plus ? On s'y perdrait.
Et c'est ainsi que, petit à petit, le personnage se saisit de sa pâte, se colore, prend vie. Mais, un peu comme dans la vraie vie, on ne connaît bien les gens que lors des crises. Dans un roman policier, ou d'aventure, la crise, c'est la résolution finale, quand la tension, se dénoue... le grand final d'une symphonie. C'est là que se révèlent vraiment les personnages. Celui-ci valait-il quelque chose ? Ah tiens, non. Ce n'était qu'un inconsistant, finalement. Et lui ? Jolie réaction, j'en ferai un fort caractère. Il ne reste plus qu'à reprendre le livre depuis le début, et réécrire ces personnages à l'aune de ce que la fin a révélé d'eux. Une petite touche par ci, un bout de dialogue par là, cette fois je les connais, je les tiens. Je les connais même tellement bien qu'après avoir fini d'écrire, j'éprouve leur manque, comme si je venais de raccompagner des amis au train et que j'agitais la main au bord du quai.
Et eux, les peintres, comment font-ils ?

vendredi 14 février 2014

A lire !

Je ne conseille pas très souvent de livres, par ici, mais aujourd'hui, je vais faire une exception.
D'ailleurs, ce n'est pas un "livre" mais une "BD", et qui plus est, une BD drôle.


Oui, je sais, à la couverture, ça ne se voit pas forcément. On dirait un vrai carnet de voyage, non ? Sauf que c'est parodique, hilarant et finalement... très intelligent.
Enjoy !

PS : cet album était dans la sélection officielle d'Angoulême. 
PPS : Fabcaro est aussi un copain.